Ça vous arrive parfois de vous sentir bloqué? De vous dire devant une problématique : « j’ai l’impression que je ne m’en sortirai pas », « je manque d’idées » ou bien « il doit bien avoir un moyen de régler cette situation! » Et bien oui! Le moyen est d’une simplicité redoutable. C’est de pendre une pause. Décrocher. Ça fait même partie du processus créatif et on appelle ça le temps d’incubation.

Il existe plusieurs versions qui expliquent le processus créatif, mais ici je vous expose la vision élaborée par Wallas en 1926. Selon lui, il existe quatre étapes-clés.

1. La préparation
Lorsque nous sommes à la recherche de nouvelles idées ou de solutions, la première étape consiste à faire des recherches, à trouver des données sur différents aspects, à voir le sujet sous différents angles. Un exemple concret : vous voulez concocter une recette de lasagne. Votre premier réflexe sera alors de consulter vos livres de recettes, à rechercher des idées sur Internet ou sur le site de votre cuisinier préféré. Vous pouvez même appeler un ami ou un membre de votre famille pour obtenir sa meilleure recette.

2. L’incubation
Cette étape est très importante, voire cruciale. C’est celle où vous devez permettre à votre cerveau de se reposer, à lâcher-prise afin qu’il puisse créer les liens et intégrer les données.

Mais avant de trouver votre idée géniale, vous devez passer par la phase d’incubation, une étape qui peut prendre quelques heures à plusieurs jours. Généralement, plus le problème est complexe, plus long sera le temps d’incubation. Par contre, il n’y a pas de règle absolue. Le temps est relatif pour chaque cas, et plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte. L’important est de VRAIMENT vous accorder cette pause… nécessaire. Vous devez arrêter de réfléchir à cette situation. Ralentir. Aller voir ailleurs. Prenez un temps pour vous ressourcer. Comment? Les possibilités sont illimitées et l’idéal est de faire une tâche ou une activité totalement différente de celle que vous faites à ce moment-là : faire du sport, aller dormir, visiter un musée, sortir en famille, écouter de la musique, lire un roman, aller au resto, faire une activité artistique, voir un film, aller dans la nature, faire une balade en voiture, jouer avec vos enfants, respirer…

Il vous arrive parfois de chercher un mot, le nom d’un acteur connu, le titre d’un film ou même essayer de vous rappeler le nom d’une personne que vous avez déjà rencontré? Vous sentez alors que ce mot est sur le point de se présenter, mais vous n’arrivez pas à le saisir. Vous l’avez sur le bout de la langue… Votre cerveau s’accroche, vous tentez l’impossible, mais rien à faire, le mot reste figé. Puis, plus tard lorsque vous n’y pensez plus… Abracadabra! Il surgit comme un éclair! Et ça arrive au moment où vous vous n’y attendiez plus! Voilà un exemple concret du temps d’incubation. Il vous permet de vous mettre dans un autre rythme, c’est à dire d’être en mode réception.

3. L’illumination
C’est la phase tant attendue où l’idée nouvelle se présente, la solution vous arrive comme sur un plateau d’argent. C’est l’Euréka : « c’est ça que je dois faire! ». Vous trouvez une piste qui vous amènera plus loin. Le « Wow » qui déclenche la dernière phase du processus créatif.

4. La validation
Puis finalement, vous arrivez à l’étape de la validation. À ce stade-ci, vous vérifiez si votre idée tient la route. Est-ce que votre idée peut s’appliquer dans votre démarche? Pouvez-vous l’implanter dans votre projet? Vous réfléchissez à comment l’intégrer dans votre processus et vous testez votre hypothèse.

Ainsi, rappelez-vous de l’importance de prendre une pause. En appliquant ces quatre étapes, vous ne serez jamais à court de bonnes idées!

Bon processus créatif!

Cynthia Lavoie, ing., Ph.D.
Conseillère en efficacité, créativité et innovation
Ingénia